· 

Le poème dont je suis le héros


Vous avez déjà essayé l'écriture au cornet ?

Les apprentis pâtissiers savent de quoi je parle...

Moins facile qu'avec un ordi !

Lire le poème entier



LE POEME DONT JE SUIS LE HEROS ?

 

Le titre du roman, "Le poème dont vous êtes le héros", illustre une de mes convictions profondes : nous choisissons notre chemin.

 

En en prenant conscience, j'ai aussi décidé de tourner à droite et quitter l'autoroute.

 

Le poème dont je suis le héros, c'est ma nouvelle vie : celle dans laquelle j'ai rêvé que je vendais des glaces sur la plage.

Celle où je deviens écrivain/artisan glacier.

 

Par où commencer ?

C'est quoi le mot qui rime avec glace ?

 

C'est comme on veut mais il y en a un qui vient à l'esprit assez rapidement : classe.

 

La glace c'est classe !

 

ou alors...

 

 

Annie, je vous ai vue, votre amour pour les glaces,

Et puis votre sourire, en premier me firent fondre.

J'étais fou : pour vous plaire, mériter votre classe,

J'aurais pu tout goûter, même un sorbet concombre.

 

Qu'importaient le ciel gris, les nuages, les menaces,

Nous voulions être heureux : tant qu'il y aurait des ombres,

Le soleil brillerait, nous ferions toujours face :

Il s'en vend paraît-il, dans le brouillard de Londres...

 

Quand on me demandais, je savais quoi répondre :

J'étais jeune, amoureux, je fabriquerais des glaces.

Pour trouver le soleil, pour quitter la pénombre,

Il fallait retourner pendant un an en classe.

 

Un an en classe ? 

 

 

LA GELATO UNIVERSITY !

 

Quand j'en ai entendu parler pour la première fois, j'ai cru à une blague.

Et puis non, elle existe vraiment et propose de devenir un gelatiere en quelques semaines seulement : créée par Carpigiani, un célèbre fabricant de turbines à glaces et autre matériel très utile à tout bon gelatiere qui se respecte, la Gelato University se situe à Bologne.

 

Amusante farce du destin, Carpigiani a commencé à exporter ses cours et a commencé à proposer des formations pour apprendre à fabriquer des glaces à Singapour peu de temps après que j'ai déposé mes valises dans ce petit coin du monde.

 

Comme une piqûre de rappel au moment où j'écrivais "Le Poème...", au cas où je tente d'essayer d'oublier mon rêve.

 

Mais quand même, apprendre à confectionner des glaces à Singapour, ça aurait été un peu comme apprendre à fabriquer des sacs Louis Vuitton en Chine me disais-je. Pour bien saisir toute la subtile quintessence du savoir faire séculaire des gelatiere italiens, je ne pouvais pas décemment en recevoir l'enseignement dans un pays séparé de la place Saint Pierre par plus de 11.000 km.

Ainsi, comme dans la sélection des ingrédients de mes futurs sorbets, il me fallait le meilleur, l'authentique, le bon air pur de l'Italie.

 

Ce serait donc Bologne.

 

Pour deux semaines d'enseignement : je suis un gelatiere certifié, maintenant...

 

LE CAP GLACIER

 

Et être un gelatiere certifié sert à... ?

Beaucoup de chose en vérité comme rencontrer des gens sympas, goûter à la dolce vita bolognaise pendant quelques semaines, en profiter pour visiter Ravenne, accessoirement apprendre à faire simplement de très bonnes glaces...

 

Mais... ça ne permet juste pas de s'installer en France pour y fabriquer ses glaces. Non pour ça, il faut un CAP Glacier.

 

Pourquoi ?

 

C'est comme ça, c'est tout, c'est la loi. Pour changer les choses, voir avec votre député !

 

Sinon, trouvez d'urgence un CFA (Centre de Formation pour Adulte) qui vous accueille pour la formation...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0